Diaporama

Faune et flore

Dans le cadre de la démarche Agenda 21, dans laquelle notre commune s’est engagée en 2010, Stéphane Jardrin, membre du comité de pilotage, a proposé la création d’un atlas collaboratif en ligne de la biodiversité. Le but est de recenser les richesses faunistiques et floristiques sur le territoire communal. Chacun d’entre vous peut donc participer en photographiant, au cours de ses balades, fleurs, insectes, oiseaux, etc. et en les transmettant ensuite à Stéphane Jardrin qui les identifiera et les mettra en ligne sur son site.

Pour une découverte de la faune et la flore de Beauregard, cliquez ici.
 

Vous y découvrirez notamment une grande variété d’orchidées sauvages, telles ces deux belles…

orchidee-sauvage orchidee-sauvage

Présentation

37-118

Situation :

La commune de Beauregard est située au cœur du canton du Haut Périgord Noir, dans l’arrondissement de Sarlat. Elle couvre une superficie d’environ 800 ha dont 280 ha de bois, 180 ha de terres cultivables, 200 ha de prairies et 100 ha de landes, jardins, vergers, vignes et autres. Elle est reliée au bassin d’activité du Terrassonnais par les routes départementales N°62 et N° 64 qui débouchent au sud sur la RD 6089 (Périgueux-Brive). Elle est à une distance de 3 km du pôle d’activité de le Lardin St Lazare (Papeteries) et à 6 km des zones d’activités et commerciales de Terrasson. La commune est traversée au nord par l’A89 Bordeaux/Clermont) sur un linéaire de 3.65 km. Le bourg se trouve ainsi à 6 km du diffuseur de la Bachellerie et à 15 km de celui de Mansac(19). Depuis 2014, la commune de Beauregard fait partie de la Communauté de Communes du Terrassonnais en Périgord Noir Thenon Hautefort (39 communes – 25901 habitants)

Paysages :

37-038

La partie centrale et le nord du territoire de la commune de Beauregard sont constitués d’un plateau orienté vers le Sud qui domine la vallée de la Vézère et qui bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel. Ce plateau est bordé, au sud, de coteaux à pente modérée, tournés vers la vallée de la Vézère, à l’ouest de coteaux à plus forte pente, orientés vers le ruisseau de la Nuelle et un de ses affluents et enfin à l’Est, de coteaux escarpés qui dominent le ruisseau de l’Elle. Les paysages rencontrés sur Beauregard relèvent selon la charte des paysages de la Dordogne : au Sud de l’entité paysagère « vallées alluviales relativement ouvertes » au Nord, à l’Est et à l’Ouest de paysages polyculturaux. La partie urbanisée, particulièrement dense, est organisée autour du bourg et au nord de celui-ci, à proximité du hameau des Guillaumaux. Les autres constructions sont regroupées autour de hameaux à l’origine agricoles : la Chalucie, la Combe Souillac, Peyredaille, Le Peuch de Cheyrat, Serre Marsal et Serre Bru. Le Bourg concentre les principales activités et équipements (commerces, Ecoles, Mairie, Agence postale, Salle Polyvalente et équipements sportifs).

Évolution de la population :

1962 : 406 habitants – 1990 : 653 habitants – 1975 : 533 habitants – 2008 : 710 habitants 2013 : 730 habitants

La population de Beauregard est en constante progression depuis 50 ans et elle est jeune (les moins de 20 ans représentent 25%). La densité de population est de 87.5 habitants au km² alors qu’elle est de l’ordre de 40 habitants/km² dans l’arrondissement.

Évolution des constructions :

La Commune dispose de 400 logements dont 36 résidences secondaires et 42 logements sociaux. Ces dix dernières années, un peu plus de 40 constructions neuves ont vu le jour sur le territoire communal. La commune a essentiellement une vocation résidentielle constituée d’habitations principales. Un immeuble bénéficie de la protection des monuments historiques : le Château de Mellet, situé à plus de 500 mètres des zones constructibles. Son impact sur l’urbanisme est négligeable.

Activité agricole :

L’activité agricole est essentiellement basée sur la polyculture et l’élevage (bovins viande – vergers de noyers). Le nombre d’exploitations est en très nette régression ces dernières années (1 seule exploitation de plus de 50 ha). La commune n’a pas été remembrée, les parcelles sont globalement de petite taille et dispersées. Le territoire n’est pas concerné par les zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.