Patrimoine bâti

Les éléments emblématiques du patrimoine bâti de la commune sont le château de Mellet, XVIIe, classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, l’église à clocher mur du XIVe et la chapelle Saint Roch XVIIe. Vous trouverez ci-dessous un historique sommaire de ces 3 bâtiments. Le petit patrimoine est aussi riche et abondant : nombreuses croix de procession, fontaines, lavoirs, cabanes, four, pigeonnier, viaduc ferroviaire XIXe, etc. Le vieux bourg est très pittoresque avec ses nombreuses habitations médiévales et modernes du XIVe au XIXe. Il faut flâner dans les rues et ruelles pour découvrir tous les petits trésors de notre patrimoine : petites têtes sculptées, fenêtres à meneaux, inscriptions, anciennes portes voûtées, etc.

Château de Mellet

. 37-081

Le château de Mellet est un des éléments du patrimoine de notre commune. Le bâtiment que l’on voit aujourd’hui date, pour l’essentiel, du XVIIe siècle. Il fut reconstruit autour de 1640 après un incendie qui ravagea la toîture et une bonne partie de l’intérieur. Les murs extérieurs de l’ancienne construction furent conservés, avec leurs deux mètres d’épaisseur, ils témoignent de l’aspect défensif du bâtiment précédent qui datait du Moyen Age et dont il reste quelques éléments, mais insuffisants pour reconstituer ce que pouvait être cette construction.

Les premières mentions de présence sur ce site datent de l’année 1066, il y a 950 ans ! Il s’agit d’une donation faite à l’abbaye de Tulle par les Mellet. Dans les archives du château, c’est le terme latin de « réparium Meleto » qui est utilisé pendant le Moyen Age pour décrire le lieu ; c’était l’endroit où le voisinage se réfugiait lorsque les guerres et l’insécurité qui en résultait menaçaient les habitants.

Les mêmes archives font état, pour la période du XVIIe et XVIIIe siècles, du « village de Mellet ». Des photos aériennes prises il y a quelques années ont permis de retrouver des traces de fondations de maisons tout autour du château. Le château a été inscrit par le Ministère de la Culture à l’Inventaire des Monuments Historiques. Les extérieurs sont ouverts à la visite les après-midi du 14 juillet au 30 août.


L’église

. eglise

Fondée par le vicomte de Limoges en 1309, elle présente une architecture typique du pays avec son clocher mur.

Les chapelles latérales ont été ajoutées au XVIIe siècle, notamment pour abriter la confrérie du rosaire de Beauregard. Elle sera ensuite légèrement modifiée au XIXe par l’ajout de 4 baies supplémentaire afin d’apporter lumière et salubrité à l’édifice. Le patron de l’église est Saint Antoine.


La chapelle Saint Roch

La petite chapelle Saint Roch date très certainement de la fin du XVIe ou du XVIIe siècle car nous ne trouvons aucune mention d’elle dans les documents du XVe et du début du XVIe siècle. Nous savons qu’une épidémie de peste fit rage dans notre secteur dans les années 1630. Un livre de raison d’un petit seigneur de la proche corrèze note qu’en mai 1630 la peste sévit dans les environs d’yssandon et d’Ayen où elle décime des villages entiers. Badefol est également touché par l’épidémie en 1631 mais le bourg même fut préservé du mal et on y érigea une confrérie Saint roch. Notre chapelle daterait-elle également des années 1630 ? C’est probable.

chapelle-saint-roch

Les chapelles Saint Roch étaient construites pour éloigner le mal ou pour remercier le ciel d’avoir épargné le village. C’est la Commanderie des Hospitaliers de Saint Jean de Condat qui a érigé cette chapelle comme en témoigne la croix de Malte sur la porte et certains documents. Autrefois, la messe y était célébrée une fois l’an, le 16 août, et lorsqu’il y avait des maladies épidémiques dans le village.


Le petit patrimoine

 

.

Histoire

Beauregard est un village assez « récent » puisque la première mention du nom de « Bel regard » dans un document d’archives date de 1309, année de fondation de la chapelle de Beauregard par le vicomte de Limoges. Il est probable cependant qu’il existait une occupation antérieure qui a justifié la fondation de ce lieu de culte. En 1309, notre village se situe dans la paroisse de Bersac, dont plusieurs seigneurs se partagent le territoire : le seigneur de Peyraux, le seigneur de Mellet et le seigneur de Muratel. Tous rendaient alors hommage au vicomte de Limoges. Ce dernier était, en outre, seigneur direct d’un ensemble de terres situé au point le plus haut de la commune qui allait, par sa position dominante, prendre le nom de Beauregard.
34
Beauregard possède un statut particulier tout au long de l’ancien régime qui le distingue des lieux voisins comme Condat ou Villac qui étaient des chefs lieux de paroisses. Dans les archives on parle du « lieu » de Beauregard dans la paroisse de Bersac. Les habitants, en 1565, rendent hommage directement au roy de Navarre, qui a hérité de la vicomté de Limoges, alors que les habitants du village de Bersac rendent eux hommage au seigneur proche de Peyraux. Les seigneurs de la paroisse sont d’ailleurs très envieux de ce riche territoire enclavé au milieu de leurs domaines. Ainsi en 1551, le seigneur de Peyraux tente, en l’absence du vicomte de Limoges, de percevoir à sa place les droits de péage et de « plassage » des marchands les jours de foires. Bien qu’il ne soit qu’un simple village de la paroisse de Bersac, Beauregard est pourtant l’un des lieux les plus peuplés du secteur. Cela s’explique certainement par une activité économique et commerciale importante. Longtemps, cependant, l’église de Beauregard ne sera désignée que comme simple chapelle, l’église principale de la paroisse se trouvant à Bersac.
Un autre village avait son importance sur le territoire de la paroisse : c’est le village de Mellet dont la présence s’explique par l’existence d’un château, encore visible de nos jours bien que reconstruit au XVIIIe sur des bases médiévales. En 1553, ce village est désigné, tout comme Beauregard, comme le lieu de Mellet dans la paroisse de Bersac. La présence d’une communauté importante et d’un château avait tout de même entraîné l’édification d’une chapelle près du village ; elle n’existe plus de nos jours.
Quant au château de Muratel, petit repaire noble perché sur un promontoire au dessus de la vallée de l’Elle, il tombera progressivement en ruine au cours de l’époque moderne. Il appartenait, au cours des XVe et XVIe siècle, à la famille de Pragelier.
Au cours du Moyen Age et de la période moderne, Beauregard ne cessa de prendre de l’importance au détriment du centre de la paroisse, le village de Bersac. La chapelle de Beauregard prit petit à petit le nom d’église. Un hôpital fut fondé dans le village en 1664. Le curé y installa son presbytère. Beauregard prit tant d’importance qu’au moment de la Révolution, la paroisse de Bersac devint la commune de Beauregard. En 1906, Bersac retrouva son indépendance au moment de la séparation du sud de la commune de Beauregard autour du village industriel du Lardin.